1 + 1 = 3 (et autres petites confidences)

Non non, le titre est tout à fait correct et non, je ne suis pas non plus une bouse en maths (d’ailleurs, je vais me jeter des fleurs en disant que j’ai eu 16 à mon bac ES spé maths alors que j’étais une bonne glandeuse VOILA. Bon ok, maintenant, je serai certainement incapable de vous faire une dérivée, mais je sais encore faire des additions et des soustractions, ahah!). Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai ressenti le besoin d’en parler maintenant. Le début d’une relation, la construction d’une vie à deux, puis futurement (je crois que ça se dit pas, mais j’aime bien ce mot) à trois, la fin de la grossesse, l’accouchement… En fait, de ma vie en constante évolution, mais surtout, le passage d’enfant à femme et puis à maman.


Voilà 3 ans et demi (Beigbeder a eu faux sur ce coup là, l’amour ne dur pas que 3 ans, d’ailleurs, parfois je me demande si son bouquin n’a pas mis un terme à plus de couples qu’autre chose, ahahah) que je suis avec Mr. Les années passent, mais clairement, ne se ressemblent pas. Au début étudiants, nous n’étions clairement pas vouer à nous rencontrer, moi dans le nord ouest francilien et lui entre Nantes et le sud ouest francilien. Cependant, le hasard à fait que… Si. Une rencontre au nouvel an qui finit en histoire d’amoûr? C’est tellement CLICHE. Et pourtant, ça arrive (le punch et le bol de chips, ça aide beaucoup).

La deuxième année, nous étions tous deux salariés sur Paris. Ce n’était pas forcément un rythme facile que l’on avait, moi avec mes horaires de fous, vu que je jonglais entre mon job de vendeuse et celui de chef d’entreprise et du fait de vivre à 2h de transport en commun l’un de l’autre. Mais on tenait, ce n’était pas évident tous les jours mais on tenait bon.

Cependant, la troisième année à régler tous les problèmes de distance. Mr reprenant les études, nous sommes partis sur Bordeaux lui en tant qu’étudiant (logique) et moi chez d’entreprise. La vie à deux. Pour être franc, c’était un peu quitte ou double vu qu’on n’avait jamais vécu ensemble (on est parti une dizaine de jours en vacances ensemble, mais ce n’est pas la même chose) mais finalement, tout c’est bien passé, on avait pris nos petites habitudes. Cette situation devait durer 3 ans. 3 ans de stabilité. On avait même commencé à chercher plus grand pour que j’ai une pièce rien que pour moi pour travailler. Et bien non. Retour en région parisienne.

On m’aurait dit que j’allais rester avec Mr pendant plus de 3 ans, que j’allais le suivre sur Bordeaux pour ses études et que j’allais avoir un bébé “surprise” avec lui quelques années auparavant, je vous aurez certainement rit au nez. Et pourtant, c’est le cas. Surtout pour la dernière partie en fait, car je dois vous l’avouer, je n’ai jamais été dans l’optique d’avoir un enfant (ou alors pas avant 30ans et il aurait certainement été adopté). Pour moi, les bébés, c’était bien, mais chez les autres. Avoir la responsabilité d’un petit être, ce n’était vraiment pas pour moi.

Je ne vous raconte pas le choc que cela a été quand j’ai découvert le test de grossesse “positif”. Beaucoup de femmes auraient aimé être à ma place, mais pas moi. J’avais tellement de projets pour les mois à venir (des voyages, pleins de voyages, puis une entreprise à faire tourner à plein régime) qu’un enfant n’avait pas sa place dans tout ça dans ma tête. Puis je m’étais toujours dit, avant d’avoir un enfant (si je venais à changer d’avis), il est tout de même primordial d’avoir une situation professionnelle stable et son propre toit. Raté, pour le second. Mais il était là. Ce petit être. Il était bel et bien là. Alors j’ai appris à l’accepter. J’ai mis plusieurs mois avant de digérer la nouvelle. J’ai feint des sourires (qui je vous le rassure, sont maintenant très vrais). Par moment, j’ai même feint d’être heureuse. Puis , j’ai appris à l’aimer. Ces premières bubulles dans mon ventre. Ces petits hoquets tous les matins. Ces premiers coups de pied. Puis le battement de son cœur. Je crois que c’est ce qui m’a fait le plus prendre conscience de sa présence et c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à l’aimer. Le bruit de son cœur, si rapide et si fragile.

Toute ma grossesse c’est cependant bien déroulé. Pas de nausées, pas de vergetures et toujours capable de marcher et de travailler (jusqu’au dernier jour héhé). Cependant, je savais que la fin de ma grossesse n’allait pas être un moment facile bien qu’on a tendance à essayer de nous vendre du rêve composé de papillons et de fleurs alors que… pas du tout. Bonjour les douleurs atroces au dos (qui après coup, je pense, étaient des contractions), les insomnies, les pertes d’appétit et tout le reste. Les dernières semaines ont été dures, très dures. Puis vient le moment de l’accouchement… Aie ouille aie ! Sachez que, tant que la poche des eaux n’est pas totalement percée, les contractions sont supportables, par contre une fois éclatée (la mienne a éclatée alors que j’étais à 7cm)… C’est un peu la misère… ahah ( d’autant plus que je n’avais pas eu de péridurale, conformément à mes souhaits) ! Bref, quelques heures après le début du travail (j’ai eu un accouchement plutôt rapide), la petite princesse pointa le bout de son petit nez. Posée sur moi, j’avais qu’une seule envie, la protéger de ce monde. La chérir de toute mon âme. Elle était là.

Les sages femmes vous diront qu’il faudra au moins un mois pour retrouver un rythme. Et bien c’est vrai. Je dirai même plus. Personnellement, j’aurai mis un bon mois et demi. D’autant plus quand le papa ne peut malheureusement pas être très présent, que vous devez retravailler assez rapidement derrière et que vous allaiter (un somme de plus de 2h ? vous oubliez). J’ai eu droit au baby blues, aux crevasses, aux douleurs du à des cicatrisations, aux coliques de ma fille (car oui, même allaiter aux seins, les bébés peuvent faire des coliques donc attention à votre alimentation) qui par ailleurs DETESTE le bain et j’avais énormément de mal à me déplacer et j’en passe. Les suites de couches ne sont pas évidentes à gérer (et surtout on ne s’attend pas forcément à ce que ce soit aussi violent) et malheureusement, on en parle pas assez (je vous recommande de regarder l’émission des Maternelles passée ce matin qui en parle très bien).

Bref, 3 mois après, babygirl et moi (le papa est revenu il y a peu, donc il essaye de trouver sa place petit à petit aussi) avons trouvé notre rythme, elle gazouille beaucoup et commence à rire aux éclats. Ses grands sourires sont mes rayons de soleil pour combattre la morosité. Même si nos débuts n’ont pas été faciles ensemble, je ne pourrai plus vivre sans elle maintenant(de toute façon, je n’ai plus le choix ahah). Elle est ma vie.Celle pour qui je vais me battre chaque matin. Celle que je veux rendre fière. Celle que je veux rendre heureuse.

On ne pourra jamais avoir le total contrôle de notre vie, je viens d’en avoir la preuve. Mais ce qu’on peut faire, c’est accepter. Accepter que les choses n’aillent pas forcément dans la direction que l’on veut. Accepter et ne pas combattre. Accepter et faire avec pour être en harmonie avec soi-même. La vie est un cadeau, il ne faut pas l’oublier.

Je vais essayer d’aborder la 2ème partie de “maternité & auto-entreprenariat” très prochainement.

Des bisous à mes amours (puis à vous parce que vous avez eu le courage de tout lire ahah!).

31 Comments on “1 + 1 = 3 (et autres petites confidences)

  1. C’est mignon tout plein cet article. Et je suis très contente pour toi que tu es acceptée ta grossesse et ta puce aussi. Comme tu le décris, ça n’a pas dû être évident, mais tu as l’air de bien gérer tout ça, surtout avec ton boulot. Donc bravo ma Chichi !

    • nop pas évident du tout et ça ne l’est pas encore parfois parce mademoiselle n’en fait qu’à sa tête ahah ! Merci en tout cas et pleins de bisous !

  2. Très bel article sans langue de bois et plein d’amour :)

  3. Awww trop beau la fin bon le début aussi et…bref je suis tout de même heureuse pour toi!! J’ai remarqué que ta petite avait le sourire c’est beauuuu!! Vivement la suite!!

    • hihi oui ! elle sourit énormement <3 (et fait aussi beaucoup de grimaces xD ) Merci tout plein en tout cas :D

  4. :’) Je suis heureuse pour toi ma belle :) je vous souhaite du courage et pleins de moments de bonheur <3

    • merci ma joliiie ! Tu ns raméneras de belles photos de ton escapades outre atlantique hein? ;) bisous !

      • Avec grand plaisir je les echange contre photo de bébé :)

  5. Oh super touchant à lire… et hate de lire le prochain !!!!
    Plein de jolie choses à vous 3 ;) !!!

  6. Très joli texte ! Je suis ravie que vous ayez trouvé votre place, c’est important d’être heureux malgré que tout ne se passe pas comme on l’avait prévu ;)

  7. Superbe texte, très touchant et surtout bourré de vérité !!!!!!! En tant que jeune maman (enfin ma fille a quand même 21 mois lol); je me suis reconnu sur plusieurs point. Et j’ai dû gérer seule les premiers mois car mon compagnon a été hospitalisé alors que Margot avait 15 jours. Pas toujours facile de trouver le rythme. Mais comme toi nous nous en sommes sorties, et pas peu fières !!!! lol
    Hâte de lire la suite de tes aventures.
    La photo est très belle.
    Bisous

    • Rholala ça n’a pas du être évident du tout comme situation alors bravo maman ! ;) Je trouve personnellement qu’on trouve pas assez de retour d’expériences qui traitent autant des cotés positifs que négatifs, donc je suis contente que le texte te plaît mais surtout qu’il te parle :)
      Des bisous à toi et toute ta famille !

  8. Ton article me met les larmes aux yeux, la photos est remplie d’amour bref, continue à garder le cap avec ta petite et profite d’elle au maximum et du papa aussi ahhh :) BIsous

  9. Un très beau récit, dans lequel je me retrouve beaucoup !
    Je vous souhaite de vivre une belle aventure… j’ai encore quelques mois à patienter avant de rencontrer mininous !
    biz

  10. Salut Céline,

    sympa de tout raconter comme ca. Mais pour moi une question subsiste, comment un bébé a-t-il pu être surprise ?
    Je sais que c’est très personnel comme question, mais je comprends pas trop…

    merci

  11. Bouhhh… J’ai eu les larmes aux yeux en lisant ton article. Peut-être un peu à cause des hormones, mais aussi parce que j’ai ressenti ce que tu ressens. Car je ne suis pas de celles non plus qui “surkiffe” la grossesse, bien que ce bébé était très désiré. Et ce que tu as vécu après l’accouchement, c’est exactement ce que j’ai peur de vivre après aussi… Peur de perdre un peu le contrôle de ma vie (que je gérais si bien avant), de ne pas trouver mes repères… Je sais qu’il va falloir “lâcher prise”, mais je pense que c’est bien plus facile à dire qu’à faire. Mais en même temps, ton amour pour ton bébé est tellement beau.. Tout comme le mien pour la ptite baby qui me donne des coups de pieds en ce moment même dans mon ventre… Bref, je pense que la maternité, c’est vraiment confus… Un mélange d’amour et de peur mélée, qui faut apprendre à gérer… Ton article m’a vraiment ému. Des bisous

    • Je crois que tu as tout résumé en quelques lignes… Un mélange d’amour et de peur comme tu dis, mais de beaucoup beaucoup d’amour, ce qui permet d’affronter toute cette peur :)
      Pleins de bisous et de courage pour ta fin de grossesse ! <3

  12. Coucou Céline !

    Tout d’abord je tiens à te dire que j’ai a-do-ré ton article !!! Probablement un des plus beaux, des plus émouvants et des plus sincères que j’ai jamais lu. Bravo !

    Mais surtout félicitations, car tu es la preuve qu’on peut devenir maman jeune, être épanouie et réussir sa vie qu’elle soit professionnelle ou privée. Honnêtement, tu es un modèle. Vraiment. J’espère que le jour où je deviendrai maman, je saurai aborder les choses de la même manière que toi !

    Sur un autre point, j’ai beaucoup apprécié ta remarque : “on ne pourra jamais avoir le total contrôle de notre vie”. Je suis ce qu’on pourrait qualifié grossièrement de control freak. Je veux toujours tout contrôler, même les choses qui ne pourront jamais l’être. C’est parfois très difficile à supporter aussi étrange que ça paraisse ! Alors merci à toi de me prouver que je peux avoir tort, que je ne peux ni ne doit m’évertuer à tout contrôler !

    Voilà ! Désolée pour le pavé, mais un si bel article méritait qu’on si attarde…

    Gros bisous de la part d’une nouvelle lectrice qui est en train de devenir accro à ton univers !

    • Hello Elodie !

      Sincèrement, ton commentaire m’a énormément touché, merci beaucoup :)
      De la à être un modèle, je ne sais pas (mais c’est très gentille de le penser, je prend quand même le compliment ahah ^^), mais c’est vrai qu’en prenant du recul, je me demande encore comment j’ai réussi à m’en sortir (il me reste tout de même encore beaucoup de chemin à parcourir).
      Sinon, si ça peut te rassurer, moi aussi j’étais une “control freak”… et je le suis très certainement encore, mais d’une manière plus modérée (avec un bébé, on j’ai n’ai plus trop eu le choix en fait, on apprend à prendre sur soi et à accepter les choses telles qu’elles viennent). Tu verras, ça viendra avec le temps (le bébé n’est cependant pas obligatoire hein ? ahah ) :)

      Bisous et encore merci pour ton pavé (j’adore lire les commentaires, donc tu n’as vraiment pas à t’excuser ;) )

  13. Ton article est tellement beau que j’en ai les larmes aux yeux (pour de vrai !).
    Ton histoire est si vraie et tellement touchante, tellement humaine.
    Merci d’avoir raconté ton petit bout de vie, c’est un beau message pour nous dire d’aimer vivre, alors merci beaucoup !

  14. Super article, je m’y suis beaucoup retrouvée ! J’attends mon premier bébé surprise aussi, pas du tout prévu puisque je suis encore étudiante, j’ai aussi ma petite marque de créations à coté, mais rien de stable professionnellement. Puis finalement on s’est dit que le plus important était que nous deux, nous étions stables. C’était plutôt inattendu, mais comme tu le dit, on ne peux pas avoir un contrôle total de notre vie :)

    Bref, tout ça pour dire que tu as une nouvelle follower pour ton blog !
    Bises
    Delphine

Laissez un petit message ?