DIY : le collier Cat & Stone

C’est à nouveau l’attaque des pierres en FIMO ! Oui bon, promis, le prochain DIY sera sans pierre (mais peut-être pas sans Fimo, oups). Cette fois ci, comme compagnon de route, ma petite pierre s’est trouvée un petit chat perdu (celui trouvé en brocante dimanche) qui a vite retrouvé une jolie couleur !

Ce collier me trottait en tête depuis un long moment déjà. En fait, j’en avais vu un similaire qui trainait sur la toile chez certaines blogueuses “mode” (je ne sais plus où parce qu’à l’époque je ne connaissais pas Pinterest, damned ! Ahah – quoi qu’en fait, même maintenant, je ne pin pas beaucoup, je l’avoue) sauf que c’était avec une vraie pierre et un dinosaure (d’après mes souvenirs, mais ça date tellement). Du coup, bim bam pouf, mais voilà donc une idée de DIY ! J’espère qu’il vous plaira !

A noter que j’utilise de la feuille en métal doré et non de la feuille d’or (qui est beaucoup plus couteux, logique), donc au final le collier ne revient pas cher du tout (moins de 10€ en sachant que je n’ai pas non plus utilisé tout le bloc de FIMO ou la liasse de feuilles dorées) et donne un côté très original à n’importe quelle tenue “basic” je trouve, pas vous ?

Des bises et bon week-end !

ps: c’est normal si dans le tuto la pierre passe du rouge au jaune orangé, c’est parce que j’ai changé de couleur de FIMO entre temps ahah!

- MATERIEL -
- FIMO
- figurine en plastique
- colle pour bijoux
- collier dorée
- 1 anneau + 1 piton
- des feuilles en métal doré
- de la colle pour feuille en métal doré
- 1 pinceau
- des pinces
- 1 scalpel

Hormis la figurine et le pinceau, tout le matériel est disponible sur A LITTLE CRAFT BOX :)

1/ Prenez de la FIMO (l’équivalent de deux barrettes d’un pain de 56g) et faites en une sorte de rectangle. Marquez-y, sur le dessus, les empruntes de pattes de votre figurine, qui faudra absolument garder de vu. En effet, cela vous permettra d’avoir un repère pour la découpe de votre pierre (pour être sûr que la pierre sera assez grande afin de pouvoir y fixer votre figurine et le marquage des pattes facilitera l’adhérence de la figurine sur la pierre).

2/ Enlevez la figurine et commencez à découper la FIMO pour en faire comme une pierre taillée à l’aide de votre scalpel ou d’une lame bien tranchante (de cutter ça marche aussi, mais pas de couteau). Si la pâte vous semble trop mole, n’hésitez pas à la mettre au frigo une quinzaine de minutes, elle se déformera moins à la découpe. Une fois que la forme de la pierre vous plaît, mettez la à cuire en suivant les instructions sur votre paquet de FIMO.

3/ Pendant ce temps, vissez le piton sur votre figurine qui servira d’accroche pour la mettre sur la chaine. Si vous avez du mal à visser le piton, pré-percez la figurine à l’aide d’une assez grosse aiguille (personnellement, j’ai utilisé une punaise).

4/ Mettez de la colle à feuille de métal dorée sur la figurine, y posez délicatement des morceaux de feuilles dorées et brossez à l’aide de votre pinceau (brosse de préférence) de l’intérieur de la feuille vers l’extérieur (sinon, la feuille risque de se recoller sur elle même). Si vous voyez des trous où il n’y a pas de feuilles, laissez sécher 10min la première partie, remettez un peu de colle et rebelote pour le début de l’étape 4.

Alternative: si vous ne vous sentez pas à l’aise avec la dorure (parce que c’est assez délicat quand même) vous pouvez aussi utiliser une peinture multi surface, une bombe de peinture ou un vernis coloris or, ça marche aussi et c’est plus rapide.

5/ Une fois la pierre en FIMO refroidi et le chat doré seché, mettez de la colle à bijoux sur l’emplacement des pattes que vous avez fait sur la pierre et collez y la figurine. Laissez sécher une bonne 20aines de minutes.

6/ A l’aide de vos pinces, ouvrez votre anneau et mettez y le collier à bille et votre figurine (via le piton) et refermez le. Et voilà !





Brocante II : Ennery & Avernes

2ème article “brocante” de l’année 2013 ! Comme durant les précédentes brocantes, le beau temps fut au rendez-vous et les petits trésors aussi ! J’avoue qu’en ce moment, on a l’impression que pratiquement toute mon attention est tournée vers les jouets et autres objets pour bébés / enfants et de préférence vintage mais j’essaye tant bien que mal de trouver des anciens bijoux sans grand succès… Ou presque !

Comme certains le savent déjà via mon Instagram, mon gros coup de coeur va pour un lit parapluie format “valise” datant des années 70 que j’ai trouvé dimanche à Avernes (brocante que je n’ai pas forcément aimé surtout que j’y ai perdu le chapeau de ma fille nif…). Il est dans un état impeccable, j’adore le motif du tissu et il suffit juste de laver la literie et les draps (machine et/ou centrale vapeur) et hop, il sera parfait pour choupette ! Puis pour 12€… Vous le trouver comment ?





A la même brocante, j’ai finalement réussi à trouver des bijoux pour 2€ le tout (un collier, un bracelet et une broche) et des petites figurines en plastique pour 10cts l’unité (que vous pouvez voir au fur et à mesure de l’article et que vous retrouverez très prochainement… Mais je n’en dirai pas plus!)


Puis toujours à Avernes, j’ai jeté à nouveau mon dévolu sur ce landeau en osier à 15€ en très bon état général aussi. Il faut changer le tissu (ce qui m’avait un peu refroidi au début mais bon, ma sœur s’est gentiment proposée de me le faire hihi) car il a décoloré, mais il sera parfait pour Lou (et actuellement ma nièce, qui s’est précipitée dessus avec sa poupée dès qu’elle l’a vu, ahah!). Je sais, je vois LARGE.


Puis à Ennery (brocante dans laquelle j’ai beaucoup aimé flâner), j’y ai trouvé de vieux livres Disney pour 1€ l’unité, deux autres petits bouquins pour enfant pour 50cts, 3 bocaux ” Parfait” pour 50cts (que j’ai oublié de prendre en photo), 2 jeux pour enfants dont un Puzzle 3 en 1 Tomy et un où il faut reproduire un code que l’on définit qui occupent bien mes neveu et nièces pour 3€ et un lot de serviettes à motif kawaii pour 50cts.









1 + 1 = 3 (et autres petites confidences)

Non non, le titre est tout à fait correct et non, je ne suis pas non plus une bouse en maths (d’ailleurs, je vais me jeter des fleurs en disant que j’ai eu 16 à mon bac ES spé maths alors que j’étais une bonne glandeuse VOILA. Bon ok, maintenant, je serai certainement incapable de vous faire une dérivée, mais je sais encore faire des additions et des soustractions, ahah!). Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai ressenti le besoin d’en parler maintenant. Le début d’une relation, la construction d’une vie à deux, puis futurement (je crois que ça se dit pas, mais j’aime bien ce mot) à trois, la fin de la grossesse, l’accouchement… En fait, de ma vie en constante évolution, mais surtout, le passage d’enfant à femme et puis à maman.


Voilà 3 ans et demi (Beigbeder a eu faux sur ce coup là, l’amour ne dur pas que 3 ans, d’ailleurs, parfois je me demande si son bouquin n’a pas mis un terme à plus de couples qu’autre chose, ahahah) que je suis avec Mr. Les années passent, mais clairement, ne se ressemblent pas. Au début étudiants, nous n’étions clairement pas vouer à nous rencontrer, moi dans le nord ouest francilien et lui entre Nantes et le sud ouest francilien. Cependant, le hasard à fait que… Si. Une rencontre au nouvel an qui finit en histoire d’amoûr? C’est tellement CLICHE. Et pourtant, ça arrive (le punch et le bol de chips, ça aide beaucoup).

La deuxième année, nous étions tous deux salariés sur Paris. Ce n’était pas forcément un rythme facile que l’on avait, moi avec mes horaires de fous, vu que je jonglais entre mon job de vendeuse et celui de chef d’entreprise et du fait de vivre à 2h de transport en commun l’un de l’autre. Mais on tenait, ce n’était pas évident tous les jours mais on tenait bon.

Cependant, la troisième année à régler tous les problèmes de distance. Mr reprenant les études, nous sommes partis sur Bordeaux lui en tant qu’étudiant (logique) et moi chez d’entreprise. La vie à deux. Pour être franc, c’était un peu quitte ou double vu qu’on n’avait jamais vécu ensemble (on est parti une dizaine de jours en vacances ensemble, mais ce n’est pas la même chose) mais finalement, tout c’est bien passé, on avait pris nos petites habitudes. Cette situation devait durer 3 ans. 3 ans de stabilité. On avait même commencé à chercher plus grand pour que j’ai une pièce rien que pour moi pour travailler. Et bien non. Retour en région parisienne.

On m’aurait dit que j’allais rester avec Mr pendant plus de 3 ans, que j’allais le suivre sur Bordeaux pour ses études et que j’allais avoir un bébé “surprise” avec lui quelques années auparavant, je vous aurez certainement rit au nez. Et pourtant, c’est le cas. Surtout pour la dernière partie en fait, car je dois vous l’avouer, je n’ai jamais été dans l’optique d’avoir un enfant (ou alors pas avant 30ans et il aurait certainement été adopté). Pour moi, les bébés, c’était bien, mais chez les autres. Avoir la responsabilité d’un petit être, ce n’était vraiment pas pour moi.

Je ne vous raconte pas le choc que cela a été quand j’ai découvert le test de grossesse “positif”. Beaucoup de femmes auraient aimé être à ma place, mais pas moi. J’avais tellement de projets pour les mois à venir (des voyages, pleins de voyages, puis une entreprise à faire tourner à plein régime) qu’un enfant n’avait pas sa place dans tout ça dans ma tête. Puis je m’étais toujours dit, avant d’avoir un enfant (si je venais à changer d’avis), il est tout de même primordial d’avoir une situation professionnelle stable et son propre toit. Raté, pour le second. Mais il était là. Ce petit être. Il était bel et bien là. Alors j’ai appris à l’accepter. J’ai mis plusieurs mois avant de digérer la nouvelle. J’ai feint des sourires (qui je vous le rassure, sont maintenant très vrais). Par moment, j’ai même feint d’être heureuse. Puis , j’ai appris à l’aimer. Ces premières bubulles dans mon ventre. Ces petits hoquets tous les matins. Ces premiers coups de pied. Puis le battement de son cœur. Je crois que c’est ce qui m’a fait le plus prendre conscience de sa présence et c’est à partir de ce moment là que j’ai commencé à l’aimer. Le bruit de son cœur, si rapide et si fragile.

Toute ma grossesse c’est cependant bien déroulé. Pas de nausées, pas de vergetures et toujours capable de marcher et de travailler (jusqu’au dernier jour héhé). Cependant, je savais que la fin de ma grossesse n’allait pas être un moment facile bien qu’on a tendance à essayer de nous vendre du rêve composé de papillons et de fleurs alors que… pas du tout. Bonjour les douleurs atroces au dos (qui après coup, je pense, étaient des contractions), les insomnies, les pertes d’appétit et tout le reste. Les dernières semaines ont été dures, très dures. Puis vient le moment de l’accouchement… Aie ouille aie ! Sachez que, tant que la poche des eaux n’est pas totalement percée, les contractions sont supportables, par contre une fois éclatée (la mienne a éclatée alors que j’étais à 7cm)… C’est un peu la misère… ahah ( d’autant plus que je n’avais pas eu de péridurale, conformément à mes souhaits) ! Bref, quelques heures après le début du travail (j’ai eu un accouchement plutôt rapide), la petite princesse pointa le bout de son petit nez. Posée sur moi, j’avais qu’une seule envie, la protéger de ce monde. La chérir de toute mon âme. Elle était là.

Les sages femmes vous diront qu’il faudra au moins un mois pour retrouver un rythme. Et bien c’est vrai. Je dirai même plus. Personnellement, j’aurai mis un bon mois et demi. D’autant plus quand le papa ne peut malheureusement pas être très présent, que vous devez retravailler assez rapidement derrière et que vous allaiter (un somme de plus de 2h ? vous oubliez). J’ai eu droit au baby blues, aux crevasses, aux douleurs du à des cicatrisations, aux coliques de ma fille (car oui, même allaiter aux seins, les bébés peuvent faire des coliques donc attention à votre alimentation) qui par ailleurs DETESTE le bain et j’avais énormément de mal à me déplacer et j’en passe. Les suites de couches ne sont pas évidentes à gérer (et surtout on ne s’attend pas forcément à ce que ce soit aussi violent) et malheureusement, on en parle pas assez (je vous recommande de regarder l’émission des Maternelles passée ce matin qui en parle très bien).

Bref, 3 mois après, babygirl et moi (le papa est revenu il y a peu, donc il essaye de trouver sa place petit à petit aussi) avons trouvé notre rythme, elle gazouille beaucoup et commence à rire aux éclats. Ses grands sourires sont mes rayons de soleil pour combattre la morosité. Même si nos débuts n’ont pas été faciles ensemble, je ne pourrai plus vivre sans elle maintenant(de toute façon, je n’ai plus le choix ahah). Elle est ma vie.Celle pour qui je vais me battre chaque matin. Celle que je veux rendre fière. Celle que je veux rendre heureuse.

On ne pourra jamais avoir le total contrôle de notre vie, je viens d’en avoir la preuve. Mais ce qu’on peut faire, c’est accepter. Accepter que les choses n’aillent pas forcément dans la direction que l’on veut. Accepter et ne pas combattre. Accepter et faire avec pour être en harmonie avec soi-même. La vie est un cadeau, il ne faut pas l’oublier.

Je vais essayer d’aborder la 2ème partie de “maternité & auto-entreprenariat” très prochainement.

Des bisous à mes amours (puis à vous parce que vous avez eu le courage de tout lire ahah!).